Sud-Kivu : La société civile alerte sur la présence d’une nouvelle milice à Luhago à Kabare

Publicité sponsorisée

Kabare

Le Cadre de Concertation de la société civile du territoire de Kabare alerte les autorités militaires, politiques et administratives sur la présence d’une nouvelle milice de Kakundu en collaboration avec Kadende Sanduku, ancien Mai Mai du groupe Motomboki Gaston tué entre 2014-2015 à Luhago dans la chefferie de Nindja, en territoire de Kabare par les forces de la RDC.

Dans une note d’alerte signée par le président de cette structure citoyenne, Emmanuel Bengehya et exploité par L’INTERVIEW.CD, ce jeudi 11 août, le CCTSC/Kabare note qu’en l’espace de moins d’un moins, cette milice a déjà commis plusieurs exactions dans cette partie du Sud-Kivu.

«Depuis le 17 juillet 2022 jusqu’à nos jours, la population des Sous villages de Kahamba et une partie de Cifuko dans le village d’Irega, groupement de Luhago est dans une insécurité grandissante causée par cette milice. Le bilan du 17 juillet jusqu’au 01 août et de 3 cas de pillage dont 19 chèvres, 5 porcs et plusieurs champs ravagés et détruits (les bananes, les maniocs et autres plantes). Plusieurs cas de torture dont deux hommes gravement blessé par les armes blanches et 5 Familles déplacées suite aux menaces », lit-on dans cette note.

Cette milice qui a plus de 50 hommes arrive la nuit dans ces sous-villages ci-haut, pendant les heures de pillage, ce groupe s’accompagne avec une chanson dénommée Takulengwe, et c’est cette chanson qui laisse à la population d’abandonner leurs maisons, puis ce groupe avec des armes et machettes s’y introduit et commence les pillages de tous les biens se trouvant dans la Maison, déplore Emmanuel Bengehya.

Depuis 2014, le sous village de Kahamba est contrôlé par les groupes armés, notamment le groupe dirigé par Lukoba qui est toujours actif dans ce sous village.

Le cadre de concertation territorial de la société civile de Kabare regrette le fait que plusieurs jeunes qui ont récemment déposé les armes et qui étaient dans les groupes armés des Messieurs Bralima et Mabuli dit Mazi n’ont jamais été encadrés par le Gouvernement Congolais ni par la MONUSCO qui les avaient désarmés entre 2020 et 2021.

« La population de Luhago présume que certains de ces jeunes seraient entrain d’adhérer dans cette nouvelle milice de Kakundu Cimbilikiti, comme fut le cas de Mr Kadende Sanduku», a-t-il poursuivit.

Le Cadre de concertation de la société civile du territoire de Kabare recommande et exige ce qui suit :
– L’encadrement des plusieurs Jeunes qui ont récemment déposés volontairement les armes au Gouvernement Congolais à travers la MONUSCO en 2020-2021.
-Le renforcement de services de sécurité dans la chefferie de Nindja (FARDC, PNC, ANR, …).
-L’éradication de groupes armés dans la chefferie de Nindja pour y imposer la sécurité et développement. Et en fin appelle la population de la Chefferie de Nindja de continuer à dénoncer les complices des groupes armés.

Pascal Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée