RDC : Le Président de la République a fêté avec les journalistes à Béatrice Hôtel

Publicité sponsorisée

Felix Tshisekedi

Journée Internationale de la Presse

Pour la Ière fois dans l’histoire du pays, le Chef de l’Etat est allé célébrer avec les professionnels des médias réunis au sein de l’UNPC, la journée internationale de la presse.

Felix Antoine Tshisekedi a fait le déplacement de l’Hôtel Béatrice où  une centaine de journalistes se sont réunis.

Le 3 Mai est l’occasion de faire un état de lieux peu reluisant de la situation de la presse en RDC

La presse congolaise est malade. Sous -payés et mal payés, les journalistes travaillent dans une pauvreté totale.

La plupart de Chaines de radio, de télé et des organes de la presse écrite, ne payent même pas leurs employés.

Et le mois de Février et de Mars 2019, aura servi de miroir de la situation réelle que vit la presse. L’on a assisté à la valse de grèves et  perturbations dans certains médias audio-visuels notamment Télé 50 où  le personnel accusait une quinzaine de mois d’impayement de salaires. Même son de cloche à RTVS1 où les agents ne percevaient plus des salaires pendant plus de 26 mois.

Plus de 50 mois dans certaines chaines de Télévision que nous ne voudrions pas exposer au grand jour. Pour des observateurs avertis, cette situation n’est que l’arbre qui cache une grande forêt dans la profession où les chevaliers de la plume vivent dans le dénuement total.

Alors que le journalisme est un métier d’excellence qui n’autorise pas la médiocrité, le clientélisme ou des anti-valeurs

Subventionner les entreprises de presse

Sous d’autres cieux et principalement dans le pays du Nord, au Japon, en Corée du Sud et à l’Australie par exemple, les entreprises de presse sont subventionnées de manière directe et indirecte.

Ce n’est pas un secret. Il y a des lois qui obligent le gouvernement central et les exécutifs provinciaux de soutenir les médias financièrement et moralement.

Et les journalistes bénéficient de certains avantages notamment la réduction des prix de leurs billets de voyage pour leurs déplacements à l’intérieur ou à l’extérieur de leurs pays.

Cela permet au journaliste d’aller et en premier là où l’information se trouve. Ce n’est pas un cadeau.

Un journaliste est comme cet enseignant de la société.

C’est lui qui informe, oriente et encadre l’opinion. C’est le formateur de la société.

C’est le gardien des valeurs, c’est la sentinelle de la Nation.

Ce qui traduit toute l’importance de cet homme qui mérite toute la considération des autorités et de tout le monde. Mais s’il doit se courber d’abord ou se faire graisser les pattes avant de gagner, c’est là où le monde évalue le niveau réel de notre société et la place qu’elle occupe  dans concert des Nations.

Félix, si vous voulez rendre le Congo grand, subventionner la presse et protéger les journalistes. Si non …

JP SEKE

Publicité sponsorisée

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire