Kolwezi : la manifestation publique de Lamuka interdite

Publicité sponsorisée

rdc_lamuka

Cette coalition politique entendait, dans cette activité, accueillir son coordonnateur en exercice, Moïse Katumbi Chapwe, à l’occasion de sa visite dans le Lualaba.

Le Maire de cette ville de Kolwezi a, par sa lettre n° VK/BM/677/2019 du 23 juillet 2019, adressée au responsable local de la coalition Lauka, dit « ne pas autoriser » la manifestation d’accueil que cette plateforme politique entendait organiser le 24 juillet 2019, à l’occasion de la visite de son coordonnateur en exercice, Moïse Katumbi Chapwe.

L’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), qui condamne cette interdiction qu’elle qualifie d’arbitraire, a dit apprendre des sources concordantes, que cette décision a été dictée par le Gouverneur de province de Lualaba, qui a toujours empêché et fait réprimer les activités des partis et plateformes de l’opposition ainsi que des organisations de la société civile dans cette province.

« L’Acaj condamne fermement cette politique et lui demande d’en cesser, car les libertés de réunions pacifiques et de manifestation sont garanties par les articles 25 et 26 de la Constitution de la RDC », a noté cette ONG de défense des droits de l’homme.

Pour l’Acaj, en effet, cette décision est arbitraire et inacceptable. Les dispositions de l’article 26 de la Constitution, note le président de l’Acaj, Mè Georges Kapiamba, consacre le principe d’information ou de la déclaration préalable et annulent celui de l’autorisation préalable prévu par le Décret-loi n° 196 du 29 janvier 1999 portant réglementation des manifestations et réunions publiques.

« Le Gouverneur de la province de Lualaba doit abandonner sa politique de limitation arbitraire et systématique de l’exercice des libertés de circulation, de manifestation et réunion publiques qu’il pratique depuis plusieurs années », a ajouté ce juriste.

Assurer l’exercice des libertés pour tous

L’Acaj appelle, dans sa réaction, le Ministre de l’Intérieur à prendre des dispositions pour assurer l’exercice de ces libertés à tous les partis et regroupements politiques et aux organisations de la société civile à travers tout le territoire national, en général et dans la province de Lualaba, en particulier, en application de sa circulaire n° 002/2006 du 29 juin 2006 relative aux réunions et manifestations publiques. Cette association demande, par ailleurs, au Procureur général près la Cour de cassation, d’ordonner des poursuites judiciaires contre le Maire de la ville de Kolwezi, conformément à l’article 180 du code pénal livre II qui prévoit et punit les atteintes des autorités à l’exercice des droits et libertés reconnus aux particuliers.

Elle encourage, en outre, les partis et regroupements politiques et organisations de la société civile à poursuivre l’exercice de leurs libertés et des acquis démocratiques.

Lucien Masidi

Publicité sponsorisée