Formation du Gouvernement : la Lucha-RDC dénonce les accords FCC-CACH

Publicité sponsorisée

coalition fcc-cach gouvernement

Ce mouvement citoyen considère ces accords comme un « complot d’Etat et une entourloupe politique qui consistent à maintenir le peuple congolais dans une pauvreté extrême, que celle connue sous le régime de Kabila ».

La Lutte pour le changement-RDC (Lucha-RDC), note que les richesses nationales n’étaient pas un gâteau à partager entre amis. Dans un communiqué du 4 août 2019, qui est une réaction face aux résultats des négociations entre le Cap pour le changement (Cach) et le Front commun pour le Congo (FCC) sur la formation du gouvernement.

Ce mouvement citoyen dit, en effet, rejeter ce gouvernement éléphantesque, qui ne sera, selon lui, qu’une charge inutile pour le trésor public et ne pourra rien apporter pour aider le peuple à sortir de l’impasse. La Lucha exige, dans cette optique, que le nombre de ministères soit sensiblement revu à la baisse. Ce mouvement préconise une équipe de 35 membres au total.

La Lucha exige également que les critères de nomination soient renforcés pour tous les potentiels ministres. Ce mouvement citoyen propose, de ce fait, au premier ministre de ne pas intégrer dans son gouvernement les membres des équipes gouvernementales précédentes qui ont lamentablement échoué, les figures impliquées dans les violations graves des droits humains ainsi que les personnes citées dans les crimes économiques ou scandales financiers de ces dernières années. Cette association qui note que les accords signés entre le Chef de l’Etat, avec sa plate-forme politique le Cach, et son partenaire, Joseph Kabila, avec le FCC, soumettront le pays dans une situation qui présage l’échec de sa gouvernance, exhorte le Président de la République « à ne suivre que la voix de la raison ».

Pour la Lucha, l’annonce des accords signés entre le FCC et le CACH pour la répartition des postes ministériels dans le prochain gouvernement a brisé ce rêve du peuple congolais de vivre un changement radical, quand « on connait en avance que les institutions de la République sont composées d’un petit groupe d’individus qui représente moins d’un pourcent de la population du pays et seront une charge pour le budget national qui souffre depuis plusieurs décennies ».

La Lucha considère, par ailleurs, ces accords comme un complot d’Etat et une entourloupe politique qui consistent à maintenir le peuple congolais dans une pauvreté extrême, que celle connue sous le régime de Kabila. « Au regard de l’actuel budget, soit 4 milliards US, il est inacceptable que le gouvernement soit composé d’une soixantaine des membres, en plus d’un sénat qui en compte une centaine, d’une Assemblée nationale de cinq cents membres, sans compter les institutions politiques de 26 provinces, dont chacune reçoit mensuellement des milliers des dollars américains alors que le Congolais vit avec moins d’un dollar par jour », a fait observer la Lucha.

Lucien Masidi

Publicité sponsorisée