Ebola : l’ONU nomme un coordonnateur des interventions d’urgence en RDC

Publicité sponsorisée

RDC Ebola
Ebola Isolation

L’objectif poursuivi est de renforcer davantage la riposte contre le virus Ebola dans le pays.

David Gressly, le représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies en RDC, est nommé coordonnateur des interventions d’urgence de l’ONU pour la lutte contre Ebola (EERC) dans les zones touchées par ce virus en RDC. Gressly a également comme mission, de veiller à la mise en place d’un environnement favorable, en particulier en matière de sécurité et de climat politique. Cela, en vue de permettre à la riposte contre le virus Ebola d’être encore plus efficace. « La riposte au virus Ebola évolue dans un environnement opérationnel d’une complexité sans précédent pour une urgence de santé publique ; l’insécurité et les manifestations politiques ont régulièrement perturbé nos efforts pour lutter contre la maladie. Par conséquent, une réponse renforcée à l’échelle de l’ONU est nécessaire pour surmonter ces contraintes opérationnelles, ce qui implique de déplacer les hauts responsables et la prise de décisions opérationnelles vers l’épicentre de l’épidémie à Butembo. Nous n’avons pas de temps à perdre », a d’emblée expliqué le nouveau promu, David Gressly, cité dans un communiqué de l’ONU publié jeudi 23 mai 2019.

Rattaché à la cheffe de la mission onusienne en RDC

Il est indiqué qu’en tant que coordonnateur des interventions d’urgence de l’ONU pour la lutte contre Ebola, David Gressly, fera rapport à la Représentante spéciale du Secrétaire générale des Nations Unies en RDC et cheffe de la Monusco, Leila Zerrougui. Dans ses tâches, il est appelé à travailler en étroite collaboration avec l’OMS. Alors que cette organisation onusienne continuera à diriger toutes les opérations de santé et les activités d’appui technique à la réponse du gouvernement à l’épidémie.

On rappelle que le Secrétaire général de l’ONU a mis en place un mécanisme renforcé de coordination et de soutien des activités de riposte contre cette maladie. Ce dernier est situé à Butembo, épicentre de l’épidémie. Sur place, le Directeur général adjoint chargé des interventions d’urgence, Ibrahima Socé Fall, dirige l’action de l’OMS en RDC. L’OMS, note-t-on, continuera également à coordonner les interventions de santé publique mises en œuvre par d’autres partenaires des Nations Unies.

Ces ajustements rentrent dans le cadre de la décision prise par l’ONU, en partenariat avec le gouvernement congolais et tous les partenaires, de renforcer son engagement politique et son soutien opérationnel, tenant compte de la complexité croissante de l’environnement dans lequel la riposte contre Ebola évolue.

L’épidémie d’Ebola, rappelle-t-on, a déjà dépassé la barre de 1 200 décès. Les spécialistes du domaine de la santé préviennent sur le risque très élevé de propagation dans d’autres provinces de l’Est de la RDC ainsi que dans les pays voisins.

Lucien Masidi

Publicité sponsorisée