Affaire diamant de Mende : les têtes tombent déjà

Publicité sponsorisée

Affaire diamant de Mende

Ce feuilleton est loin de s’arrêter, étant donné que chaque partie multiplie des arguments en vue de se donner raison. Mais, en attendant, l’opinion regrette que ces deux ressortissants de Sankuru se règlent des comptes sur la place publique, tout en multipliant des « victimes collatérales ».

L’affaire Mende continue de défrayer la chronique à Kinshasa. Alors que le ministre par intérim en charge de l’Intérieur allègue que l’ex-ministre de la Communication et médias et porte-parole du gouvernement a détenu ce diamant illégalement, le concerné lui-même soutient, document à l’appui qu’il n’avait fait qu’héberger le propriétaire de ce diamant qui, du reste, avait ses documents en bonne et due forme.

Hier mercredi 22 mai 2019, sur les antennes de Télé 50, le député Lambert Mende Omalanga est revenu sur sa brutale interpellation. Il a argué que lui n’avait fait qu’héberger chez lui, le propriétaire de ce diamant, le représentant des creuseurs artisanaux se trouvant à Lodja.

Lambert Mende avait brandi, avec des menaces à ses détracteurs, certains documents dont la copie de la carte de creuseurs et de négociant de son hôte ainsi que l’attestation de sortie pour ce colis de diamant pour lequel il est venu à Kinshasa ainsi que le procès-verbal de gardiennage signé à Sankuru. On voit également circuler sur le net, le procès-verbal d’expertise du Centre d’expertise, d’évaluation et de certification  ces substances minérales précieuses et semi-précieuses (CEEC), pour une pierre en provenance de Lodja, dans le Sankuru de 87, 40 carats qui a été établi ^pour une délégation conduite par le député Lambert Mende. Tout cela, pour contredire ceux qui ont soutenu que la détention de cette pierre par l’ex-ministre était illégale.

Des têtes tombent déjà

Au niveau de la police, le Directeur de renseignements généraux, qui avait envoyé des policiers interpeller le député Lambert Mende, a été suspendu sur ordre du Ministre ad intérim en charge de l’Intérieur, Basile Olongo. Mais également, les policiers membres de cette expédition sont déjà aux arrêts et devront répondre de leurs actes.

A l’Assemblée nationale, la Présidente Jeannine Mabunda fait pression pour que tous ceux qui ont « humilié » le député Mende répondent de leurs actes devant la justice. Déjà, le ministre Basile Olongo avait été convoqué par le bureau de l’Assemblée nationale et, maintenant, Lambert Mende et certains autres députés ne jurent que par son éviction du gouvernement, qui vit, malheureusement, ses derniers jours.

Alors que des langues soutiennent que Lambert Mende a fait confectionner les documents qu’il brandit pour se couvrir, d’autres, qui fustigent cette brutale interpellation d’un député nationale par la police et l’armée, continuent à croire que le candidat gouverneur de Sankuru était dans ses droits.

Un véritable combat des gladiateurs

 Devant ce qui parait être comme une inimitié entre ces deux ressortissants de Sankuru, certaines sources parlent d’un règlement de compte entre Lambert Mende et Basile Olongo.

Selon eux, Basile Olongo, qui avait recruté dans son parti politique, l’ex-secrétaire général de la CCU, le parti de Lambert Mende, avait été attaqué, avec sa délégation, lors de son dernier voyage dans le Sankuru, par des gens envoyés par l’ex-ministre de la Communication et des medias, encore en fonction. « Il n’a eu la vie sauve que parce qu’il avait été conduit dans la mission onusienne dans cette partie du pays. Et il y a également eu des pertes en vie humaine dans sa délégation », notent ces sources. Pour ces dernières, Basile Olongo veut donc, par son acharnement sur Lambert Mende, prendre sa revanche son ex-collègue du gouvernement, qui est devenu député. C’est dans ce même cadre, soulignent ces sources, qu’Olongo avait appuyé le refus de la candidature de Mende comme gouverneur de province.

Si aujourd’hui Lambert Mende et Basile Olongo se règlent des comptes, en véritables gladiateurs, l’opinion est loin de dire avec exactitude qui a raison et qui a tort ou qui ment et qui dit la vérité dans cette histoire.

 

Lucien Masidi

À lire également…..

Lambert Mende interpellé puis relâché dimanche

Publicité sponsorisée