Bukavu : Interdiction aux motocyclistes de circuler sur le boulevard Patrice Emery Lumumba

Publicité sponsorisée

bukavu ville morte

La mesure interdisant, les motos de circuler sur le boulevard Patrice Emery Lumumba dans la ville de Bukavu est entrée en vigueur ce jeudi 18 août 2022.

Cette route, longue de 6 Kilomètres est la principale du chef-lieu du Sud-Kivu. Elle part de Labotte, siège des institutions provinciales jusqu’à la frontière congolo-Rwandaise, Ruzizi 1er, dans la commune d’Ibanda.

Prise lors du Conseil des ministres présidé par le gouverneur Théo Ngwabidje vendredi 15 juillet 2022, cette décision a été suspendue pour un délai d’un mois, moratoire donné à plus de 20.000 motocyclistes de s’identifier.

Depuis tôt le matin de ce jeudi, plusieurs motocyclistes qui désapprouvent cette décision bloquent la circulation sur plusieurs autres routes de la ville en signe de mécontentement, c’est le cas de l’avenue route d’Uvira, sur l’axe Essence-Panzi, sur la route du Lycée Wima ou encore sur la route de l’hôpital général-Bagira et à la Brasserie.

Ici, des pneus sont brûlés sur la chaussée et autres barricades y sont visibles.

Les forces de l’ordre, massivement déployées sur différents coins stratégiques usent des bombes à gaz lacrymogènes pour disperser des motards manifestants.

«Nous manifestons pour dire non à cette mesure illégale. C’est sur cette route là que nous avons beaucoup des clients, en plus nous nous sommes déjà identifiés comme ils ont exigé. Qu’ils nous remettent alors nos 10$. Les autorités ne peuvent pas nous empêcher d’exercer notre travail car ils ne nous ont donné aucun autre. Nous bloquons aussi la circulation aux bus pour qu’eux aussi ne puissent pas se rendre au centre ville. Ils doivent nous soutenir et aussi la population car elle va souffrir », confie un motocycliste tout en colère.

Il sied de rappeler que la mesure de suspendre la circulation des motos et tricycles sur le Boulevard Patrice Emery Lumumba, était prise pour faire face aux cas d’accidents de circulation devenus récurrents dans la ville de Bukavu.

Pascal Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée