Bukavu : Aucune arme ou munition de guerre retrouvée dans les dépôts de 3 femmes commerçantes accusées « gratuitement » de trafic d’armes

Bukavu : Aucune arme ou munition de guerre retrouvée dans les dépôts de 3 femmes commerçantes accusées « gratuitement » de trafic d’armes

 

Une descente de contrôle vient d’être effectuée tour à tour dans 3 dépôts de vente des produits manufacturés et des premières nécessités dans la ville de Bukavu, chef-lieu du Sud-Kivu, ce vendredi 2 décembre.

Composée des agents de l’auditorat militaire de Bukavu, ceux de l’office congolais de contrôle (OCC), de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR), de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) etc, cette délégation a été diligentée après la tôlée d’un audio, citant nommément 3 femmes commerçantes, tenancières des dépôts bien connues dans la ville (Maman Naomie, maman Exaucé et mama Zeze) de faciliter le trafic d’armes dans leurs marchandises en provenance du Rwanda, sous couvert du gouverneur Théo Ngwabidje.

« Le mensonge prend l’ascenseur quand la vérité prend l’escalier », dit-on. Au terme des vérifications ménées dans tous les dépôts aucune arme ou munition de guerre n’a été retrouvé dans l’un ou l’autre article.

De Fraterne Katabana à Alexandre Safari en passant par Mbilizi Kamundala, tous gérants des établissements des mamans précitées, expriment leurs satisfactions et dénoncent la cabale dont ils sont victimes.

«Vous étiez témoins. Tout le monde était là, l’auditorat, l’OCC, l’ANR ils ont contrôlé dans nos dépôts et notre grande satisfaction, il y a aucune arme retrouvée, nous sommes confiants au travail que nous faisons, nous sommes fidèles à nos clients de même qu’eux envers nous. A Bukavu, les gens parlent trop et ils sont nombreux qui ne veulent pas voir un jeune ou une dame allez émergent dans son activité, tous ces mensonges relayés dans les réseaux sociaux n’expriment que de la jalousie, absolument », ont-ils confié.

Ces dames citées dans cet audio diffusé depuis la semaine dernière, traversent l’un des moments difficiles dans leurs business. L’une faisant partie de leur association, Mama Sakina renseigne qu’elles recoivent des messages et des intimidations des personnes inconnues, d’où leur alerte aux autorités à tous les niveaux pour assurer leur protection.

« Nous sommes énormément surprises, nous commerçons de la farine, des jus, du riz, de l’huile etc, que nous achetons du Rwanda, jusqu’ici au Congo à Bukavu. Comment l’on peut croire qu’une maman qui cherche du pain pour ses enfants et sa famille, qui cherche de la prime à ses enfants peuvent amener des armes pour les tuer ?, nous n’avons jamais touché une arme, nous nous limitons à notre commerce. En plus, nous n’avons jamais déchargé nos produits nuitamment. C’est toujours pendant la journée et tous les services de l’État sont toujours là, l’OCC, la DGDA, l’ANR, le Parquet, tout le monde et même les passants. Nous demandons au gouvernement de veiller à notre protection car nous sommes actuellement trop menacées. Nous ne dormons plus, à tout moment nous recevons des appels des numéros inconnus qui nous exigent de l’argent et nous n’avons rien à leur donner que l’État veille sur nous », a-t-elle déclaré.

Rappelons que l’audio dont il est question et dont nous disposons une copie était réalisé par un inconnu qui s’appellerait « dinosaure », se réclamant d’être communicateur privé du chef de l’État et dans lequel est également cité un certain colonel Freddy.

Pascal Ngabo/L’INTERVIEW.CD