Beni : 1.311 civils tués par les ADF en 2021, selon le rapport de BCNUDH

Publicité sponsorisée

Combatant ADF Beni RD Congo EI

Au moins 1.311 civils ont été tués par les ADF du 01 janvier 2021 au 01 janvier 2022 en territoire de Beni, Irumu et Mambasa.

Ces chiffres sont contenus dans le rapport du Bureau Conjoint des Nations Unies au Droit de l’Homme (BCNUDH), rendu public ce vendredi 24 Juin 2022.

Cet organe de l’ONU affirme avoir documenté 786 atteintes aux droits de l’homme attribuables aux membres des ADF.

Parmi ces 1311 civils tués, figurent 1.001 hommes, 270 femmes et 40 enfants sommairement exécutés par les membres des ADF au cours de 162 incidents.

Le rapport note qu’au moins 602 des victimes, soit près de la moitié, ont été tuées lors d’incidents faisant au moins 10 victimes, confirmant l’hypothèse selon laquelle les membres des ADF visent à faire le maximum des victimes lors de leurs attaques.

Les blessures infligées aux victimes d’atteintes au droit à l’intégrité physique démontrent également la volonté de tuer, les coups assenés à l’aide d’armes blanches se concentrant sur les parties supérieures du corps.

L’acharnement sur les dépouilles de victimes qui sont parfois décapitées, gravement mutilées et filmées participe aussi à la campagne de terreur entretenue depuis plusieurs années par les ADF, indique le BCNUDH.

Au cours de cet intervalle du premier janvier 2021 au 31 janvier 2022, l’organisation a documenté 786 atteintes aux droits de l’homme attribuables aux ADF dont 519 dans la province du Nord-Kivu, toutes dans le territoire de Beni, et 267 dans la province de l’Ituri, dont 226 dans le territoire d’Irumu et 41 dans le territoire de Mambasa.

Le plus grand nombre d’atteintes a été documenté dans les quatre mois consécutifs pendant l’état de siège ou les attaques les plus meurtrières ont été menées avec 186 victimes d’exécutions sommaires.

Le rapport ajoute que le mois de novembre a enregistré le nombre le plus élevé d’attaques de la période sous revue, avant le lancement des opérations militaires conjointes FARDC-UPDF le 30 Novembre 2021 qui a entrainé une baisse d’attaques des ADF contre des civils à partir de décembre 2021.

Milan Kayenga/ L’INTERVIEW.CD

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée