Au cours d’une réunion de sécurité F. Tshisekedi a reçu le rapport de la commission diligentée dans l’espace Katanga pour les enquêtes

Publicité sponsorisée

réunion de sécurité F. Tshisekedi

Le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a présidé une séance de travail lundi 20 avril à la cité de la N’sele avec les membres du conseil de sécurité qu’il avait envoyé pour une mission dans le Grand Katanga.

Selon le service de communication de la primature, cette commission qui a séjourné pendant deux semaines dans l’espace Katanga a été chez le chef de l’État pour lui faire rapport de leur mission effectuée dans les différentes villes.

Pour le vice-premier ministre et ministre de l’intérieur, Gilbert Kankonde, ils ont tiré au clair la situation qui prévalait dans cette partie de la République démocratique du Congo.

Ce qui avait provoqué une préoccupation au plus haut point du commandant suprême des forces armées et de la police nationale congolaise sur le taux de la criminalité dans les grandes villes du Katanga, où les délinquants opéraient sans être inquiété, défiant les patrouilles mites des forces de l’ordre notamment les FARDC et PNC.

Lire aussi | RDC – Traque de Gédéon Kyungu : le député Fabien Mutomb rejette la déclaration du caucus des notables et honorables du Haut-Katanga (communiqué)

Sur place dans l’espace Katanga, la commission instituée par le président Tshisekedi a auditionné, écouté et recherché les causes de tous ces méfaits en vue de rétablir les responsabilités de tout un chacun entre autres sur les évènements malheureux du 28 mars dernier causés par les hommes de Gédéon Kyungu.

Au cours de mêmes échanges, il a été aussi d’analyser l’acte posé par les adeptes du chef de la secte mystico-religieuse Bundu Dia Mayala, que le conseil de sécurité a qualifié « d’intolérance », car demandant à tous les non originaires du Kongo Central de quitter la province.

A ce point, le VPM Gilbert Kankonde a souligné que le mouvement Bundu Dia Mayala se met en marge de la loi et des principes sur lesquels est fondée la République.

Crispin Kazadi/L’INTERVIEW.CD

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée