Sud-Kivu : 8 bandits armés dont un chef de bande arrêtés à Kabare et Kalehe

Publicité sponsorisée

bandits armés

La collaboration entre les forces armées de la RDC et la population a produit de résultats salutaires à Kabare et Kalehe.

Au total, 8 bandits armés ont été capturés par l’armée en collaboration avec la population après l’incursion d’hommes armés en provenance du parc national de Kahuzi-Bièga (PNKB) dans le centre commercial de Kabamba dans le territoire de Kabare et dans la localité de Kasheke en territoire de Kalehe la nuit de samedi à ce dimanche 31 octobre 2021.

Parmi ces bandits, deux ont été appréhendés à Kabamba et un autre à Katasomwa dans la même nuit de samedi à dimanche.

Le président du cadre de concertation territorial de la société civile de Kalehe ajoute cependant que les forces loyalistes ont poursuivi la traque de ces hors la loi jusque dans l’avant-midi de ce dimanche, et ont réussi à attraper deux (2) autres dans la localité de Mabingu, voisine de celle de Kabamba aux abords du PNKB, pendant que la population attrapait de son côté trois (3) autres à Bulengo dans la localité de Kasheke.

Delphin Birimbi précise que parmi les capturés figure le chef de leur mouvement Monsieur Daniel RUSENYA, capturé après avoir atteint par balles. Il a d’abord réussi des soins à l’hôpital d’Ihimbi/ kabamba, avant d’être transféré immédiatement au secteur opérationnel Sokola II Nord-sud/Kivu à Nyamunyinyi/Kavumu aux environs de 11 heures locales.

La situation reste toujours tendue sur l’axe Kabumbiro-Kasheke du côté Kalehe et Kabamba-Mabingu du côté Kabare, indique notre source.

« Le Cadre de Concertation Territorial de la Société Civile de kalehe « CCTSCKalehe » qui continue à encourager les FARDC pour cette promptitude et la population pour cette collaboration, demande toujours aux populations de Kalehe et Kabare de continuer à soutenir l’armée régulière, et à hiérarchie militaire de renforcer les éléments sur terrain avec une prise en charge efficace pour dementeler les groupes armés dans le PNKB actuellement occupé et exploiter par plusieurs groupe armés, et une partie occupée par le peuple Autochtone P.A qui réclame la terre », à confié Delphin Birimbi qui est également le Coordinateur Principal de Ensemble pour la Promotion des Droits Humains « EPDH Asbl ».

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée