Sud-Kivu : validation du plan d’actions provincial de lutte contre le mariage chez les enfants




Un plan d’actions provincial pour lutter contre le mariage chez les enfants Sud Kivu

Un plan d’actions provincial pour lutter contre le mariage chez les enfants dans la province du Sud-Kivu a été validé par les acteurs œuvrant dans les domaines de la protection des enfants, entre autres, les acteurs des organisations de la société civile, ceux des services étatiques et les auxiliaires de la justice qui l’ont validé à l’issu d’un atelier organisé par la division provinciale du genre, famille et enfant ce vendredi 14 février 2020 à Bukavu.

À en croire Jacqueline Ngengele, cheffe de division de genre, famille et enfant, l’idée de l’élaboration de ce plan est venu d’un constat amer selon lequel, le droit à la protection des enfants fait partie des plus bafoués, indiquant le fait qu’un enfant non protégé est exposé à de multiples problèmes notamment le mariage qui constitue un blocage grave à son épanouissement et son éducation.

« Il s’est révélé que parmi les droits des enfants qui sont bafoués, il y a le droit à la protection. Parce que quand vous mariez l’enfant avant l’âge, vous bafouez ses droits à la protection. Il faut le protéger. Parmi les ces difficultés il y avait ce mariage d’enfants avec tout ce qu’il y a comme conséquences sur la vie des enfants. Nous avons trouvé bon d’élaborer un plan d’actions triennal car la place d’un enfant c’est à l’école pas dans le mariage », explique Jacqueline Ngengele.

Elle fait savoir que ce plan validé constitue un document de soubassement pour tous les acteurs intervenants dans le domaine de la protection de droits des enfants, évoquant le taux de 29,2 % des mariages d’enfants sur l’ensemble de la province du Sud-Kivu.

La cheffe de division du genre, famille et enfants précise que ce plan de lutte contre le mariage chez les enfants, sera déposé au ministre de tutelle, suivra l’étape où il sera transmis au gouverneur de province pour adoption.

Elle invite tous les acteurs à s’impliquer dans sa vulgarisation qui sera beaucoup plus axée sur les milieux ruraux.

Avec un message particulier aux parents, Jacqueline Ngengele les exhorte à œuvrer pour la protection des droits des enfants car selon elle, marier un enfant c’est le tuer.

Pascal D. NGABOYEKA