RDC – Musée National : le Prof BUNDJOKU appelle les congolais à s’approprier leur identité culturelle




Prof Henry Bundjoku
Le Prof Henry Bundjoku, directeur

Depuis l’inauguration officielle du Musée National de la République Démocratique du Congo par le Chef de l’Etat, Son Excellence Félix TSHISEKEDI TSHILOMBO le 23 novembre 2019, les choses commencent à bouger au sein de cet établissement public qui, il faut le dire, attire de plus en plus du monde.

Parmi lequel, l’on dénombre des élèves qui viennent de différentes écoles de la capitale. Il y a aussi des structures de la société civile et des sociétés savantes comme l’IRGES et bien d’autres qui y organisent des séminaires, des conférences et ateliers. Même les professionnels de la bande dessinée ne sont pas en reste.

Ce qui traduit l’intérêt que le grand public commence à porter sur le Musée National de la RDC qui dispose également des espaces et cadres confortables où l’on peut se réunir de manière tout à fait aisée.

Ce qui est frappant, ce que des étrangers qui viennent des pays lointains d’Europe ou d’Amérique sont également comptés parmi les touristes qui visitent ce temple de l’histoire congolaise.

Mais pourquoi ô diable, les congolais eux-mêmes n’arrivent-ils pas en masse pour visiter le site ? C’est la question que nombre d’Observateurs se posent.

Le Directeur du Musée national de la RDC, le professeur Henry BUNDJOKU à qui nous avons posé la question, pense que nos compatriotes ont tout intérêt à visiter le Musée national pour qu’ils apprennent comment vivaient leurs ancêtres. Pour découvrir de quelle manière ils s’y prenaient pour trouver des solutions à leurs nombreux problèmes ?

Parce que nos aïeux se retrouvaient aussi face à des problèmes difficiles et des défis compliqués qu’ils devaient relever. En l’occurrence, le dérèglement climatique, des maladies et épidémies, la crise économique pourquoi pas, les conflits sociaux, l’éducation des jeunes, les rapports avec des Etats voisins et autres problèmes de différents ordres.

Et comme ils ont survécu, ce qu’ils avaient su trouver des remèdes et des solutions appropriés à leurs différentes préoccupations.

Toutes ces informations, les visiteurs peuvent l’obtenir au Musée national qui dispose d’un personnel qualifié suffisamment outillé pour le leur fournir. En s’abstenant de visiter le Musée national, les congolais se privent d’un capital de connaissances inestimables et d’une richesse immatérielle qui les échappent.

Le professeur Bundjoku qui compte parmi les rares muséologues du Congo et même de l’Afrique n’arrête pas d’inviter les congolais de s’approprier leur histoire et leur identité culturelle qu’aucun étranger ne peut leur offrir.

Congolais, visitez le Musée national de la RDC, vous n’allez pas le regretter, car la richesse du Congo, ce n’est pas seulement le diamant, le coltan, l’or ou le cobalt…

 

Jean-Pierre SEKE