RDC: environ 100.000 Objets antiques congolais sont gardés en Belgique

Selon un expert muséologue




Objets antiques congolais belgique
Musée de l'Afrique de Tervuren. Photo (MRS Nazareth RVT)

Mais leur rapatriement en RDC exige un inventaire  minutieux entre experts congolais et belges étant donné qu’une bonne partie  de ce patrimoine avait été acheté par des  particuliers.

Le rapatriement des objets antiques du Congo gardés au Royaume de Belgique depuis l’époque coloniale, a toujours  été au centre des préoccupations des autorités congolaises depuis  le règne de Mobutu à nos jours.

Mais il se fait malheureusement qu’aucune solution n’a été vraiment trouvée sur ce dossier qui, à une certaine période, a même provoqué un conflit ouvert entre Kinshasa et Bruxelles.

D’après certains spécialistes, les objets antiques congolais gardés en Belgique, sont une composante importante de ce que les historiens appellent contentieux belgo-congolais.

Et grâce à la normalisation des relations diplomatiques entre la RDC et la Belgique, les observateurs les plus avertis sont d’avis que ce  problème finira par être réglé.

Mais la grande question dont on est en droit de se poser, est celle de savoir combien d’objets antiques congolais sont réellement conservés au Musée de TERVUREN en Belgique?

Parce qu’il ne suffit pas d’exiger leur rapatriement, faudra-t-il encore en évaluer la quantité et définir leur traçabilité ?

Pour en savoir un peu plus, nous avons réussi à faire parler le directeur du tout nouveau Musée national de  la RDC,  le professeur Henry Bundjoko BANYATA, docteur en sciences historiques, conservateur en chef et ancien directeur de recherche de l’institut des Musées nationaux du Congo basé sur le site présidentiel de Mont-Ngaliema.  

Il a fait des révélations qui nous a permis de comprendre certaines choses demeurées tabou jusqu’ici.

Cet homme qui compte parmi les rares experts muséologues de la RDC et même de l’Afrique, a déclaré qu’un Musée est avant tout, la mémoire historique  d’un peuple  ou des peuples. Il est un lieu destiné à conserver, classer et exposer les œuvres d’art, les  objets et  document à valeur historique.

La Musée, est  en fait le gardien par excellence de l’identité d’un peuple ou des  peuples.

En République  démocratique du Congo, ce secteur est géré par l’institut des Musées  nationaux du Congo, IMNC en sigle. Il est le dépositaire du patrimoine  culturel  de la RDC et a la  prérogative  d’ouvrir des Musées sur toute l’entendue du territoire national.

 Le Musée National de la RDC dont l’inauguration officielle est fixée  au mercredi 06 novembre  courant, dépend à part entière de L’IMNC. C’est cette structure qui a doté  notre Musée national de Lingwala de 12.000 (douze mille) objets antiques sur les 44 mille qu’elle détient.

Le patrimoine du Musée national 

Le Musée national de la RDC comme nous l’avons ci-haut souligné, est doté de 12000 objets et matériels antiques.

Selon des études spécialisées, la République démocratique du Congo  dans  sa dimension continentale, compte 450 peuples. Au Musée national, l’on ne parle pas d’ethnies ou de tribus mais des peuples.

Mais il se fait qu’à ce jour, l’institut des Musées  nationaux du Congo ne dispose en son sein que des objets antiques de 66 peuples sur les 450. Ce n’est même pas le tiers ni le cinquième  du patrimoine culturel du Congo.

Ce qui signifie que malgré son inauguration imminente, le Musée national a encore un vaste  chantier devant lui.

prof Bundjoko
Le prof Bundjoko estime que ce ne sont pas les 100.000 objets d’arts gardés en Belgique qui seront rapatriés (Photo JPS)

 Mais, que doit-on faire pour combler ce vide?

A cette  question,  le directeur du Musée national, a dit qu’il appartient à l’Etat congolais d’investir des moyens  financiers colossaux pour permettre à l’institut des Musées nationaux, d’organiser des grandes missions de récolte sur terrain à travers toutes les 26 provinces. Et  lui d’enchérir que ces  objets existent dans  nos  villages, dans nos milieux ruraux et même  ici dans la ville de Kinshasa.

 Mais  arrivera-t-on  vraiment à récolter  ces objets antiques dans les provinces de l’Ituri, Nord et Sud-Kivu et  Tanganyka …   constamment  menacés par des guerres et le déplacement massif des populations ?  

 Le professeur Bundjoko dit que, une fois menacée, les populations fuient avec leur patrimoine culturel. D’autres encore les enfuient sous la terre  dans des endroits qu’ils gardent secrets.

Une fois de retour au bercail, ils les déterrent et  recommencent une vie normale. C’est  auprès  de ces  gens-là et bien d’autres à qui nos services peuvent  s’approvisionner  en objets et matériels antiques.

Près de 100.000 objets gardés en Belgique 

A quelle quantité est évaluée, les objets antiques congolais gardés au Royaume de Belgique ?

Il nous revient que les belges parlent de 100.000 (cent Mille) objets au total. Soit plus du double  du patrimoine  total que détient l’IMNC, a fait remarquer le prof. BUNDJOKO.

musée national de la RDC
Le musée national de la RDC est la mémoire historique des peuples du Congo

>>>A LIRE: RDC- le Musée national sera inauguré officiellement le 6 novembre prochain

 Est- ce que l’IMNC a-t-il de la place pour accueillir et encadrer  tous ces objets  d’arts antiques si jamais l’Etat congolais arrivait à s’accorder  avec le gouvernement belge?  

Non, rétorque le professeur BUNDJOKO.

Parmi les objets gardés à TERVUREN, une bonne partie  de ces œuvres d’art antiques ont été achetés par des particuliers. Il y a des objets qui sont en situation de litige. On ne va donc pas tout rapatrier au Congo. Mais il nous semble que les belges sont d’accord qu’ils fassent l’inventaire  avec des experts congolais pour savoir combien d’objets peuvent rentrer au pays.

En effet, parmi les objets et matériels antiques à rapatrier,  l’on devra sélectionner les plus rares et les plus précieux. En tout état de cause, l’Etat, dans sa recherche de diversification des ressources, doit promouvoir la construction des Musées à travers le pays. C’est une source sûre des revenus et créatrice d’emplois. Car il sert en même temps de site touristique capable d’attirer des visiteurs nationaux et étrangers.

Sous d’autres cieux, les Musées sont disséminés un peu partout et en grand nombre. Rien qu’à Séoul par exemple l’on dénombre pas moins de 24 musées y compris de Musées Militaires et universitaires.

A Kinshasa, on en compte que 3. Un au Mont Ngaliema, au siège de l’IMNC, un deuxième à l’échangeur de Limete et le 3ème qui est récemment construit par des Sud-coréens sur le boulevard Triomphal à côté de la Cathédrale du centenaire Protestant.

                                                            

Jean  Pierre Seke