RDC – CENI : La société civile hausse le ton pour contester la désignation de Ronsard Malonda

Publicité sponsorisée

Ronsord-Malonda CENI

Après l’enterinement de Ronsard Malonda comme président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) par l’Assemblée nationale, Georges Kapiamba et Jean Claude Katende et Carbone Beni respectivement responsable de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ), de l’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme (ASADHO) et coordonnateur de Filimbi ont haussé le ton ce jeudi 2 juillet sur leurs comptes Twitter pour contester à cette désignation.

Pour Georges Kapiamba, le choix de Ronsard Malonda est une prime à la fraude électorale et une « véritable honte » pour la RDC.

Ainsi, il a promis que des actions vont être menées pour que sa validation ne se limite qu’au Palais du Peuple où il a beaucoup « d’adeptes ».

« Le choix de Ronsard Malonda est une prime à la fraude électorale. Les actions citoyennes seront menées pour que sa validité se limite dans l’enceinte du Palais du peuple où il a beaucoup d’adeptes. C’est une véritable honte pour la RDC », a déclaré Georges Kapiamba, responsable de l’ACAJ.

De son côté, Jean Claude Katende affirme que ce choix est à combattre car c’est de la « tricherie ».

« Nous ne reconnaissons pas M. Ronsard comme président de la CENI. C’est une tricherie. C’est un choix que nous allons combattre », a-t-il dit via son compte Twitter.

A en croire Carbone Beni, cette validation est une provocation et vu que le parlement a franchi la ligne rouge, ce dernier sera dissout.

« La validation de Ronsard Malonda par l’Assemblée nationale est une provocation. La ligne rouge vient d’être franchie! On ne peut défier continuellement tout un peuple. Mme Jeanine Mabunda, vous étiez prévenue. Votre parlement illégitime sera dissout par le peuple souverain », a-t-il lancé.

L’Assemblée nationale a confirmé dans la soirée du jeudi 2 juillet dernier la désignation de Ronsard Malonda comme délégué des confessions religieuses de la RDC pour remplacer Corneille Nangaa, à la tête de la centrale électorale.

La CENCO et l’Eglise du Christ au Congo (ECC) n’avaient pas approuvé la désignation de Ronsard Malonda.

Il sied de rappeler que plusieurs cadres, notamment ceux de Lamuka avaient exigé que ceux qui ont travaillé avec l’équipe sortante, ne puissent pas revenir et aussi une réforme institutionnelle devrait être nécessaire.

J.NK/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée