Nord-Kivu/massacres de Beni: En cinq ans, la société civile dénombre au moins 3733 assassinats




Nord-Kivu massacres de Beni

inq ans se sont exactement écoulés depuis que les premiers massacres de civils en région de Beni, au Nord-Kivu ont débuté et dont les auteurs pointés du doigt par les autorités militaires et politiques de la RD Congo sont les rebelles ougandais ADF.

Cette tragédie humaine remonte au 2 octobre 2014, et jusqu’à nos jours, elle n’est jamais contenue par les services congolais.

En marge de ce triste anniversaire, la société civile locale dresse un bilan mitigé de victimes de cette insécurité grandissante. Elle parle de plus de 3733 personnes parmi lesquelles des hommes, des femmes et des enfants qui ont été massacrés par les terroristes ADF.

Celle-ci s’inquiète que les Forces armées de la République Démocratique du Congo “FARDC”, n’aient toujours pas amorcé de sérieux combats contre ces assaillants.

Jointe par la Rédaction d’interview.cd, Noëla Muliwavyo, présidente de la société civile fait savoir que la population de Beni n’attend de l’armée que la restauration de l’autorité de l’État dans cette région.

“Ce que la population a vécu ici à Beni est horrible. Que le nouveau commandement affecté dans la traque contre l’ADF prenne sa responsabilité pour rassurer la population”, a-t-il dit.

Notons que la première incursion meurtrière a visé les villages de Kokola et Mukoko, situés à plus ou moins 20 kilomètres au Nord de la ville de Beni; plusieurs personnes avaient été tuées et cela est devenu jusqu’à ce jour presque une habitude selon un témoignage recueilli sur place qui ajoute qu’aux côtés des morts plus de 900 personnes restent portées disparues aux côtés des blessés et des enfants devenus orphelins.

Christopher Mulakirwa