Nord-Kivu/assemblée provonciale : l’interpellation du ministre provincial de l’intérieur rejetée, Ngahangodi accuse certains élus de ne pas vouloir la sécurité

Publicité sponsorisée

Jean Paul Ngahangodi

Vu l’insécurité grandissante dans la province du Nord-Kivu, certains élus provinciaux ont estimé que le ministre provincial de l’intérieur et sécurité Jean Bosco Sebishimbo devrait être suspendu pour n’avoir pas résolu la question sécuritaire depuis qu’il est à la tête de ce ministère.

Au cours d’une plénière tenue ce lundi 02 novembre à l’Assemblée provinciale, certains députés provinciaux ont sollicité son interpellation afin de s’expliquer, donner des orientations et évaluer sa compétence depuis sa nomination à ce ministère.

Sur ce, ils ont procédé au vote et parmi les 29 députés provinciaux présents à la séance plénière 13 députés ont voté pour, 14 ont voté contre et 2 se sont abstenus.

Ce qui fait que la question d’interpellation adressée au ministre de l’Intérieur n’a pas pu passer.

Jean Paul Ngahangodi, député provincial élu de Beni, a estimé que la sécurité de la population de la province du Nord-Kivu n’est pas une priorité pour certains députés provinciaux.

“Nous avons voulu interpeller le ministre provincial de la sécurité pour passer nous donner des explications malheureusement nous constatons avec regret que la sécurité de la population de la province du Nord-Kivu n’est pas une priorité pour certains députés provinciaux. Ça c’est dommage”, a t-il dit.

Et d’ajouter : “Personne ignore qu’à Goma, les gens sont tués tous les jours. Et ce n’est pas seulement à Goma mais aussi à Beni, Rutshuru, Masisi, Lubero, Walikale et un peu partout dans nos villes et ses environs”.

Par ailleurs, il promet de relancer cette question de l’insécurité sur une autre forme car selon lui, le ministre est redevable aux représentants de la population.

 

Mérite BAHOGWERHE JEAN PAUL/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée