Lomami : l’UDPS plaide pour la nomination de son membre à la mairie de Mwene-ditu

Dans un mémo adressé au Vice-Premier Ministre et Ministre en charge de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières dont une copie est parvenue ce dimanche 18 octobre 2020 à L’INTERVIEW.CD, la ligue des jeunes de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) indique que la ville de Mwene-ditu (Lomami) est restée longtemps marginaliser à l’instar d’autres villes par tous les régimes qui se sont succédés en République Démocratique du Congo.

Le parti présidentiel plaide pour la nomination de son membre à la tête de la mairie de Mwene-ditu afin de soutenir les actions du chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi.

“Dans le souci non seulement d’asphyxier le parti présidentiel, mais d’assurer la non visibilité des actions du chef de l’État, les personnalités politiques du FCC à Kabinda, chef-lieu non viable de la province de Lomami et à Kinshasa sont en train de tout faire pour que même la maire de Mwene-ditu soit confiée au FCC. Cette situation préoccupe la majorité de la population”, écrit le président du comité directeur, Me Benoît Tshibangu.

En outre, la ligue des jeunes de l’UDPS précise qu’aucun membre de la fédération de Mwene-ditu ne s’est retrouvé nulle part dans toutes les nominations opérées jusqu’ici au sein de la présidence de la République, du gouvernement, des différents cabinets ministériels y compris les entreprises publiques.

“Voir même la mairie de Mwene-ditu, nous être confisquée par le FCC, constituera un désespoir pour la population de Mwene-ditu qui a élu à plus de 85% le chef de l’État, Félix Tshisekedi”, suggèrent ces jeunes du parti cher au feu président Étienne Tshisekedi Wa Mulumba.

Il sied de rappeler que depuis 2003, Mwene-ditu est toujours dirigée par les membres du Parti du Peuple pour la Reconstruction et le Développement (PPRD).

Daniel Ilunga/L’INTERVIEW.CD