L’Egypte sollicite la facilitation de Félix Tshisekedi sur le différend avec l’Ethiopie au sujet du barrage de la Renaissance




Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry à kinshasa

Le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a reçu en audience jeudi 19 mars 2020, le ministre Égyptien des affaires étrangères Sameh Choukri.

D’après le service de communication de la Présidence, ce dernier était porteur d’un message de facilitation du Président Égyptien Abdel Fattah Al-Sissi rencontre était dans le but de balayer le différend opposant l’Egypte à l’Ethiopie au sujet du grand barrage de la Renaissance.

Signalons qu’après l’échec du dernier round des négociations, menées à Washington DC entre les délégations de l’Egypte et de l’Ethiopie, sous l’égide des Etats-Unis et de la Banque Mondiale, Le Caire vient de décider de lancer une grande offensive diplomatique envers les pays européens, arabes et africains, pour expliquer sa position sur le différend qui l’oppose à Addis-Abeba sur le remplissage du réservoir du Grand Barrage de la Renaissance Éthiopienne (GERD).

Lire aussi

Coopération : La RDC, un allié stratégique pour l’Égypte en Afrique centrale

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry a, entrepris à partir du mardi 17 mars, un périple africain qui le mènera dans plusieurs pays africains notamment l’Afrique du Sud, la Tanzanie, le Soudan, le Burundi, le Niger et le Rwanda.

Retenez que le Grand Barrage de la Renaissance (GERD) est un barrage en construction depuis 2012 en Éthiopie sur le Nil Bleu avec une puissance installée de 6000 MW.

Il devrait être livré en 2022.

L’Egypte craint que sa construction entraîne une réduction du débit du fleuve Nil.

Crispin KAZADI