Kasaï Central: Le responsable de la DGRKAC au cœur d’un circuit mafieux, (Jean Asaka FEC)

Publicité sponsorisée

motocycliste mortard rdc lomami

La taxe conventionnelle pour la reconstruction de la province du Kasaï Central suscite des différentes réactions.

Au cours d’un entretien accordé ce lundi 27 juillet à une radio locale de Kananga, Jean Asaka, président de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) au Kasaï Central a réaffirmé que la taxe conventionnelle dont un contrat a été signé entre la FEC et le Gouvernement provincial est un fruit détourné.

Il appelle le Gouverneur ad intérim à mener les enquêtes sur le détournement des fonds, estimé à plus de 600.000 dollars américains.

Jean Asaka qui avait lancé un ultimatum de 48 heures au Gouvernement pour obtenir une suite favorable par rapport à la somme détournée, est revenu sur sa décision en demandant aux membres de la FEC qu’aucune action ne doit être engagée jusque là, en attendant les résultats de l’enquête du Gouverneur intérimaire.

Cependant, la FEC offre l’occasion à la justice de mettre la main sur les «détourneurs en cravate».

« Le gouvernement provincial utilise des méthodes d’intimidation pour nous mater. L’argent détourné par les 3 gouvernements provinciaux qui se sont succédés c’est plus de 600.000$. Comme initialement annoncé, notre démarche est de trouver celui qui signait les chèques », a déclaré le président Jean Asaka.

A lui d’ajouter que la population et autres membres de la FEC ne doivent pas payer la taxe de contrôle technique car étant subordonnée à un contrôle technique des véhicules, motos qui doivent être contrôlés par l’INPP.

« Le responsable de la DGRKAC au cœur d’un circuit mafieux de détournement, la DGRKAC ne doit pas rançonner la population avec cette taxe », a t-il lancé, en réaction à la taxe de contrôle technique pour laquelle la DGRKAC a accordé 14 jours à la population avant de passer au recouvrement forcé.

Pierre Love MUKENDI/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée