Kalehe : activités paralysées à Bunyakiri suite à une manifestation réclamant la libération d’un défenseur des droits de l’homme

Publicité sponsorisée

Kalehe : activités paralysées à Bunyakiri

Les activités sont restées paralysées tout l’avant midi de ce jeudi 16 septembre à Bunyakiri, dans le territoire de Kalehe au Sud-Kivu.

Les habitants de cette partie de la province ont manifesté depuis l’avant midi pour réclamer la libération « sans condition » du défenseur des droits de l’homme, en la personne de Balyanangabo Chamusoke.

Les manifestants barricadent et brûlent des pneus dans plusieurs centres de cette entité et sur la RN3.

Selon Didier Kitumaini, président de la société civile forces vives de Bunyakiri, le DDH Balyanangabo a été arrêté juste pour avoir soutenu la population de Bunyakiri dans les revendications de la réhabilitation du tronçon routier MITI Hombo sur la RN3 par une campagne de désobéissance fiscale.

« Notre collègue Balyanangabo Chamusoke, DDH et coordonnateur de l’ONGD CEDH à Kalehe basé à Bunyakiri, a été arbitrairement arrêté le matin du mercredi 15 septembre à son bureau de Travail, par le lieutenant-colonel de la PNC Faustin Ntagwabira et acheminé au cachot de la police sous mandat du Procureur de la République près le TRIPAIX de Kalehe. C’est ce qui a suscité la colère des habitants qui sont descendus dans la rue de Bitale jusqu’à Hombo », a confié Didier Kitumaini.

Il explique que suite à cette situation, toutes les activités sont paralysées, aucune circulation et toutes les boutiques sont restées fermées dans cette partie de la province.

«..il y a une campagne de désobéissance fiscale à Bunyakiri depuis juillet réclamant la réhabilitation de la route tronçon MITI-Hombo, certaines autorités locales et coutumières ont commencé leur acharnement contre les DDH et acteurs de la Société civile. Ces autorités ont tenté plusieurs fois vouloir lever la campagne mais ça n’a pas tenu. C’est ainsi que le chef de groupement de Kalima a porté plainte contre certains DDH parmi eux, celui qui a été arrêté hier et transféré à la prison de Kalehe à 1 heure », a poursuivi le président de la société civile de Bunyakiri.

Il déplore le fait que la police ait fait usage des coups à gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Par ailleurs, ces derniers promettent de poursuivre et intensifier des actions pour non seulement exiger la libération de Balyanangabo mais aussi pour pousser le gouvernement provincial et national à réhabiliter la route nationale numéro trois (RN3) sur le tronçon allant du centre commercial de Miti jusqu’à Hombo, un tronçon qui est dans un état critique et préjudicie les usagers.

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée