Journée de l’Enfant Africain : au Kasaï Central, la synergie de quelques ONGs communie avec les enfants de la rue

Publicité sponsorisée

Journée de l'Enfant Africain

La synergie des structures de la société civile engagées dans la protection et promotion des droits de l’homme et des enfants a saisi l’occasion pour communier avec les enfants dits de la rue à Kananga capitale de la province du Kasaï Central ce mardi aux heures d’après midi.

C’est en marge de la célébration de la journée internationale de l’enfant africain commémorée chaque 16 juin de l’année depuis 1976, en mémoire de tueries de Soweto en République sud-africaine lors d’une marche des élèves.

Des dizaines d’enfants dits de la rue et autres orphelins ont bénéficié des vivres et non vivres au cours de la soirée organisée en leur faveur par le trio des ASBL, notamment la “Santé Action Sociale pour Tous”, “femme main dans la main pour le développement du kasaï” et la “commission diocésaine enfance missionnaire”.

Il s’est agit pour cette synergie de transmettre des messages interpellateurs à ces enfants sur la nécessité pour eux de retrouver leurs familles en vue d’un encadrement assuré.

“Vous devez retenir que la rue n’est pas un lieu approprié pour vous; vous avez des familles où vous devez être encadrer pour éviter toutes conséquences néfastes”, s’est ainsi exprimer Nathalie Kambala Luse, secrétaire exécutive de la FMMDK devant ces enfants.

Présente à cette rencontre, madame Théthé, chargée des violences basées sur le genre à l’UNFPA a exprimé toute sa joie de voir la synergie de ces trois structures apporter son soutien moral et matériel à une catégorie des vulnérables comme les enfants abandonnés communément appelés “shegués”.

Elle a à l’occasion plaidé pour que les autorités et autres personnes de bonne volonté puissent attirer leur attention à la situation de ces enfants délaissés en vue de leur prise en charge, notamment en ce qui concerne la réinsertion sociale.

Il sied de noter que la ville de Kananga compte à ce jour plusieurs enfants en situation difficile que l’on appelle affectueusement enfants de la rue.

Ces enfants évoquent souvent des raisons diverses ayant motivé le choix de vivre dans la rue.

Pierre Love MUKENDI/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée