Insécurité à l’EST : La DYCOD-RDC appelle à la plus grande solidarité en faveur de la cohésion sociale

Publicité sponsorisée

L’est de la République Démocratique du Congo demeure sous menace des groupes armés locaux et étrangers, suivie des tueries des civils qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Cette situation inquiète au plus haut point la dynamique communautaire pour la cohésion sociale et le développement (DYCOD-RDC) qui, à travers son message d’appel à la solidarité des filles et fils du Kivu, déplore les multiples maux qui gangrènent le Kivu notamment les guerres à répétition, l’autodestruction et la résurgence actuelle de l’activisme des groupes armés

Le coordonnateur national de cette structure, Me patient Bashombe Matabishi, revient dans ce message sur l’attaque enregistrée au Sud Kivu précisément dans la ville de Bukavu du 2 au 3novembre suivie de celle de Rutshuru Bunagana, le 8 novembre dernier.

«La situation actuelle est caractérisée par les divisions, l’égoïsme, la trahison, l’autodestruction entre nous filles et fils du Kivu, ce qui nous conduit progressivement à l’effacement au niveau national», alerte la DYCOD-RDC.

Cette structure pense que l’élite du Kivu semble se taire face à cette situation dont est victime le peuple de l’Est, quasiment abandonné à son triste Sort.

«L’élite du Kivu qui se range en ordre utile sur l’échiquier national et international ne croit nullement en ses capacités et se laisse clochardisée par les lobbies et donneurs d’ordres tant au niveau national qu’international», lit-on dans ce document exploité par L’INTERVENTION.CDce mercredi 10 novembre 2021.

Dans ce même chapitre la DYCOD soulève l’exploitation illicite des ressources minières comme l’un des piliers majeurs des problèmes congolais, elle estime que tout repose sur un manque de leadership capable de donner des orientations sur le rôle du Kivu dans les enjeux régionaux et nationaux avec les objectifs clairement définis:

«La plupart de fois le comportement des leaders du Kivu fait penser aux crabes dans un panier duquel celui qui ose émerger est vite tiré vers le bas par les siens. Il ne devrait pas ainsi, car la sagesse nous renseigne que pour allumer un grand feu il importe que chacun y apporte son morceau de bois», ajoute ce document.

Par ailleurs la DYCOD demande à la population de se ressaisir en faveur d’une grande cohésion sociale que de verser dans des jérémiades pour pleurer indéfiniment.

« C’est pourquoi, le Kivu étant notre terroir commun, nous espérons que notre ressenti est partagé par tous, au lieu de verser dans le jérémiades moi ur pleureur indéfiniment. Il n’est pas tard pour se ressaisir, se lever et agir pou rassembler nos énergies en vue de plus de solidarité en faveur d’une grande cohésion sociale », renchérit ce message.

Pascal Digadiga Ngabo/LINTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée