Etat de siège décrété par F. Tshisekedi : le gouverneur Kasivita du Nord-Kivu appelle population à soutenir cette mesure pour ramener la paix à l’Est du pays

Publicité sponsorisée

COVID-19 Nzanzu Kasivita Carly Nord-Kivu

Dans une déclaration rendue publique ce samedi 1er mai 2021 à Goma, le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita a appelé toute la population de la province à soutenir et à se mobiliser pour la réussite de cette mesure prise par le président de la République Félix Tshisekedi, ce, pour ramener la paix et mettre fin aux massacres à l’Est de la RDC.

“Je remercie le Chef de l’État qui, chaque jour multiplie des efforts pour que la paix et la sécurité revienne dans notre province et aussi dans d’autres coins de la république telle que l’ituri et le Sud-Kivu. Un état de siège c’est constitutionnel, la motivation de cet état de siège c’est pour nous permettre, nous République démocratique du Congo de mobiliser la population autour de la question de la sécurité et de la paix dans les 2 provinces “, a souligné Carly Nzanzu Kasivita, devant la presse locale.

Il ajoute par ailleurs en tant que gouverneur du Nord-Kivu d’être la personne la plus heureuse de voir l’ensemble de la république se mobiliser pour cette question de l’instabilité de sa province.

Lire aussi

Insécurité à l’Est de la RDC : Tshisekedi a décrété un état de siège pour les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri

“Je salue le souci qui anime le président de la République de ramener la sécurité et la paix dans l’Est du pays, l’instabilité dans ma province spécialement les ADF-NALU qui tuent chaque jour à Beni et chaque semaine, nos seulement nos populations mais aussi nos hommes des troupes. Je crois qu’il est temps aujourd’hui de soutenir toutes les mesures tendant à ramener la paix et la sécurité. Il faut donner cette chance là à cette mesure là parcequ’il y n’y a pas de sécurité sans population “, a-t-il insisté.

Signalons que cette décision prise au cours de la première réunion du conseil des ministres du Gouvernement Sama Lukonde prévoit entre autres, le remplacement des autorités civiles par des militaires, le déploiement consistant en effectif des militaires et bien d’autres dispositions qui peuvent aller jusqu’à l’interdiction d’accès à certaines libertés, indique le premier ministre après consultations par le Chef de l’État, consultation qui s’est étendue aussi aux présidents des deux chambres du parlement congolais.

Le Nord-Kivu et l’ituri pourraient alors être dirigés par des militaires dans l’application de cette mesure d’état de siège.

 

Mérite BAHOGWERHE JEAN PAUL/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée