Église kimbanguiste: l’aile Monkoto prône la réconciliation de tous les fidèles.

Publicité sponsorisée

eglise_kimbanguiste_nkamba

Cette volonté a été ouvertement exprimée à l’approche du centenaire de cette église qui sera fêté en 2021.

Dans une conférence de presse tenue le 12 juillet à la résidence de feu Diangienda Kuntima, sur l’avenue Monkoto, dans la commune de Ngiri-Ngiri, le Conseiller international de cette confession religieuse, le révérend Bena Silu, a insisté sur l’appel à la réconciliation des fidèles de cette église lancé par les petits-fils de Papa Simon Kimbangu des descendances des papas Charles Kisolokele et Joseph Diangienda Kuntima vers leurs frères et soeurs issus de papa Dialungana.

Selon ce pasteur kimbanguiste, à l’approche du centenaire de cette église fondée le 6 avril 1921, cette réconciliation de tous les fidèles kimbanguistes doit être le plus beau cadeau que ces derniers doivent offrir au promoteur de cette église, Papa Simon Kimbangu, et à ses trois fils qui ont consacré toutes leurs vies à cette oeuvre universelle.

Le révérend Bena Silu a noté que les fidèles kimbanguistes qui se réunissent à Monkoto et les petits-fils de Papa Simon Kimbangu qui les y encadrent sont prêts à oublier toutes les résignations auxquelles ils sont continuellement soumis par leurs frères du centre d’accueil pour le besoin de cette réconciliation entre eux, afin de mettre un terme à cette division, qui dure depuis 2002, des milliers des fidèles kimbanguistes parsemés à travers le monde.  »Seule la réconciliation donnera à l’église Kimbanguiste, sa dignité « , a-t-il dit.

Restés divisés, a fait savoir le révérend Bena Silu, c’est déshonorer Simon Kimbangu. Pour le conseiller international de cette église, les fidèles kimbanguistes se réunissant à Monkoto sont prêts à faire des concessions pour cette unité de leur église.

Une mauvaise foi manifeste de l’autre camp

Bena Silu a, par ailleurs, dénoncé la mauvaise foi de l’autre aile, celle du Centre d’accueil, qui a toujours rejeté toutes les démarches menées dans le sens du rapprochement de tous les petits-fils de Simon Kimbangu et de l’unité de cette église. Ce pasteur a, de ce fait, lancé un appel au Chef spirituel de leur église, Simon Kiangani Kimbangu, de revenir au bon sentiment et d’accepter de parler avec ses frères et soeurs, en vue de restaurer l’unité de cette église sous sa direction.

Il est rappelé que les fidèles kimbanguistes ont été divisés autour des textes normatifs appelés les  »Résolutions » de l’Assemblée générale extraordinaire confectionnés en 2002, pour réglementer la marche de cette église. Ceux qui s’y sont opposés se réunissent, depuis, à Monkoto, autour des petits-fils de Simon Kimbangu issus de la descendance de ses fils Kisolokele et Diangienda, qui ont été, avec les autres issus de Dialungana, proclamés Chefs spirituels adjoints de cette église, mettant leur frère Simon Kiangani Kimbangu au-devant, comme Chef spirituel de l’église kimbanguiste. Depuis, toutes les démarches menées pour le rapprochement ont rencontré une fin de non-recevoir de la part de ceux qui sont restés au Centre et fidèles auxdits textes, dont le Chef Spirituel et représentant légal de cette église lui-même. Toutes les tentatives menées par des tierses personnes dans le sens de rapprocher les deux camps ont, elles également, été vouées â l’échec.

Du côté Monkoto, cette volonté a toujours été exprimée auprès des personnalités mais, c’est à l’approche du centenaire de cette église, qui sera fêté le 6 avril 2021, que cette aile prône urbi et orbi cette volonté portée par des milliers des fidèles kimbanguistes.

Lucien Masidi

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée