Bukavu : Après la répression sanglante de leur marche, les enseignants revendiquent le départ du maire (déclaration)

Nord-Kivu enseignement en RDC enseignants grève
LINTERVIEW.CD/photo Justin KABUMBA

Au cours de cette Assemblée générale extraordinaire, les enseignants ont établi un bilan de plus de 20 enseignants blessés dont un autre qui suit des soins intensifs dans un hôpital de la place.

À cela s’ajoute le vol par les éléments de l’ordre d’au moins 30 téléphones portables des enseignants.

Tout en condamnant fermement cette barbarie policière, les enseignants jette la responsabilité au maire de Bukavu, Bilubi Ulengabo, et le commandant ville de la police pour avoir ordonné à ces éléments de commettre ces actes.

Au regard de ce qui précède, les enseignants réunis au sein de la synergie des enseignants du Sud-Kivu, comptent traduire en justice ces deux autorités et bien plus exiger le départ du maire.

Lire aussi

Bukavu : La marche des enseignants violemment réprimée par la police, des blessés graves et des arrestations enregistrés

« Eu égard à ce qui précède, les enseignants ont pris des décisions suivantes : de formuler une plainte contre le maire de la ville et le major de la PNC pour avoir ordonné aux éléments de la PNC de tirer sur les paisibles enseignants qui réclamer leur droit; d’initier une pétition réclamant le départ du maire de la ville pour le motif ci-haut évoqué», ont-ils déclarés.

Par la même occasion, les enseignants des écoles conventionnées catholiques et protestantes informent de la poursuite de leur mouvement de grève jusqu’à ce que l’État congolais réponde à leurs revendications, concluent dans les accords dits de «Bibwa».

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD