Attaques du M23 à Rutshuru : l’ambassadeur du Rwanda en RDC reçu par le VPM Christophe Lutundula

Attaques du M23 à Rutshuru : l’ambassadeur du Rwanda en RDC reçu par le VPM Christophe Lutundula

Le mardi 29 mars 2022, le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Christophe Lutundula a reçu l’ambassadeur du Rwanda en République démocratique du Congo, Vincent Carrega, dans son bureau pour évoquer avec lui la situation sécuritaire de la région Est de la République démocratique du Congo, et les activités du mouvement M23.

« A travers nos conversations, nous avons rassuré au vice-Premier ministre que le Rwanda n’a aucun intérêt à épauler les M23, par contre, en tant que pays voisins en bonne coopération, nous devons travailler ensemble pour nous assurer qu’il n’y ait pas insécurité à nos frontières », a indiqué, Vincent Carrega, l’ambassadeur rwandais en RDC.

Pour rappel, les FARDC ont capturé deux militaires présentés comme des membres de l’armée rwandaise RDF appuyant les rebelles du M23 lors des récentes attaques des positions FARDC dans le Rutshuru

A lire aussi : Attaques des M23 au Nord-Kivu – les FARDC arrêtent deux militaires de l’armée rwandaise sur la ligne de front

Des accusations niées par l’ambassadeur du Rwanda en poste en RDC

Nous n’avons pas de telles unités dans notre armée », a dénoncé Vincent Karega. L’hôte du vice-Premier ministre a affirmé, en outre, que l’armée rwandaise  n’a aucune intention, aucun plan ni projet d’épauler une cause du M23 qu’on ne maîtrise pas, alors que les deux pays sont signataires de tous les accords, entre autres, celui d’Addis-Abeba. « L’essentiel est de nous assurer mutuellement, travailler ensemble et vérifier toutes les informations qui viennent des terrains, et d’assumer ce qui est réel, mais pour  les deux militaires arrêtés, le Rwanda les conteste jusqu’à preuve du contraire », a-t-il conclu.

le M23 est issu d’une ancienne rébellion tutsi congolaise jadis soutenue par le Rwanda et l’Ouganda. Défait en 2013, le M23 fait de nouveau parler de lui depuis novembre, attaquant des positions militaires et reprochant à Kinshasa de n’avoir pas respecté des engagements sur la démobilisation de ses combattants.

L’INTERVIEW.CD