Actualité et Infos Politique de la RDC | CD Congo

Sud-Kivu : l’UNC et le comité urbain désavouent le gouverneur Ngwabidje et lui demandent de déposer sa démission dans l’urgence

Sud-Kivu : l'UNC

C’est un énième coup d’épée qui vient d’être lancé au gouverneur Théo Ngwabidje Kasi et toute son administration.

En effet, l’Inter fédération du Sud-Kivu de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), vient de sortir de son silence après plusieurs mois d’observation de la situation politique dans la province, caractérisée par une gestion “opaque” et les jeux de ping-pong entre acteurs pro et anti-Ngwabidje.

Dans une déclaration lue devant la presse ce vendredi 2 avril par le porte-parole intérimaire de l’inter fédération du parti chère à Vital Kamerhe, Papin Nzouluni a haussé le ton sur la gestion “la megestion” du gouverneur Ngwabidje qui n’a pas su relever les défis de la population du Sud-Kivu, plongeant au contraire la province dans un chaos indescriptible .

“Nous venons de nouveau nous joindre à la population du Sud-Kivu, victime de la megestion du gouverneur pour annoncer en ce jour notre désaveu à l’égard de celui-ci. Les soupçons de détournement qui pèsent sur le gouverneur Théo Ngwabidje sont : détournement des fonds alloués à la réhabilitation de la route tronçon Place Mulamba-Ruzizu 1er, détournement des fonds des sinistrés de Nyamugo dont la plupart sont des électeurs de nos députés nationaux et provinciaux, détournement des fonds des sinistrés de Mwenga, la plainte déposée au parquet général près la cour de cassation pour détournement à charge du gouverneur”, lit-on.

Et de poursuivre : “..Demande au gouverneur Théo Ngwabidje de déposer sa démission immédiatement afin de permettre une bonne administration de la justice et ne pas causer la honte à la province, recommandé à tous ses mandataires de tirer les conséquences de cette déclaration, et à tous les députés de vite prendre leurs responsabilités afin de sauver notre province de sa descente aux enfers et de la doter d’un dirigeant soucieux du bien-être de la population et du développement de la province”.

Ce désaveu du gouverneur s’ajoute à plusieurs autres enregistrés dans la province issus, de plusieurs organisations des jeunes, mouvements citoyens et structures sociales qui depuis un moment ne jurent que sur le départ de Théo Ngwabidje Kasi.

Il sied de signaler que l’UNC constitue actuellement la première force politique en province, au regard de la nouvelle configuration sur le plan national et la fin de la coalition FCC-CACH.

Le parti de Vital Kamerhe compte 10 députés au sein de l’assemblée provinciale sur les 48, un poste de vice-gouverneur, deux ministres provinciaux et quelques mandataires.

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Exit mobile version