Sud-Kivu : Le regroupement politique A2018 déplore les agressions physiques contre les députés provinciaux et soutient le départ de Ngwabidje

Sud-Kivu : Le regroupement politique A2018 déplore les agressions physiques contre les députés provinciaux et soutient le départ de Ngwabidje

Le regroupement politique Alternance 2018 dénonce la « mauvaise gouvernance » de la province du Sud-Kivu et condamne les agressions physiques à l’endroit des députés provinciaux « voués » à la cause de la population dont Norbert Yabe Ntaitunda, vice-président de l’Assemblée Provinciale.

Dans une déclaration politique du 23 novembre 2022 et signé par le coordonnateur dudit regroupement réunissant des partis politiques, associations et personnalités alliés à l’UNC, Samuel Matabaro, dit suivre de près la situation politique en province.

Ce regroupement appelle ses militants et membres, ainsi que toute la population de soutenir les élus provinciaux dans leur combat aux fins de « délivrer la province » de la mauvaise gouvernance.

« A2018 dénonce avec véhémence, l’enlèvement honteux, ridicule, indigne et indécent du camarade Honorable Norbert Yabe Ntaitunda, vice-président de l’Assemblée Province, mercredi 23 novembre. Nous rappelons que nos élus doivent être protégés par nos services de sécurité qui sont payés par les frais du contribuable congolais », lit-on dans ce document.

Par ailleurs, ce regroupement attire l’attention du président de la République Félix Tshisekedi sur « l’insatisfaction populaire due à la mauvaise gouvernance du régime Ngwabidje ».

« A2018 se demande si après le rapport parlementaire sur l’exploitation illicite des minerais à Mwenga, les dons destinés aux sinistrés, le rapport de l’IGF, … tous ces actes mettant en cause le gouverneur Théo Ngwabidje, celui-ci mérite encore de continuer à diriger notre province », ajoute t-on.

Ainsi, ce regroupement demande à toutes les institutions aussi bien provinciales que nationales de constater « le refus catégorique du peuple sud-kivucien » à Ngwabidje comme Gouverneur.

Il sied de rappeler que le Gouverneur du Sud-Kivu et tout son gouvernement est visé par une motion de censure, qui, sauf changement de dernières minutes sera examinée ce jeudi 24 novembre 2022 à l’Assemblée Provinciale.

 

Pascal Ngabo/L’INTERVIEW.CD