Sud-Kivu : Environ 30 mille personnes souffrent du diabète, le gouvernement appelé à s’impliquer pour leur prise en charge

Publicité sponsorisée

Sud-Kivu : Environ 30 mille personnes souffrent du diabète

L’humanité célèbre chaque 14 novembre de l’année, la journée mondiale du diabète.

Cette journée qui se célèbre régulièrement en RDC et en province du Sud-Kivu, offre une occasion pour les personnes qui souffrent de cette dernière de passer de différents messages aux autorités de la province et du pays pour leur implication dans leur prise en charge.

Abel Ciza, superviseur et éducateur au sein de la ligue provinciale de lutte contre le diabète dans la section Labotte qui contrôle tous les centres appartenant au diocèse catholique de Bukavu, indique qu’actuellement le diabète est devenu la première maladie qui menace les vies humaines, contrairement aux maladies infectieuses et parasitaires.

Il précise que le taux de prévalence du diabète dans la province du Sud-Kivu ne cesse de croître et cet appel est lancé à toutes les personnes confondues. Actuellement, plus au moins 30 000 personnes sont atteintes de cette maladie.

« Après dépistage, nous nous sommes rendu compte que la province du Sud-Kivu a 30.000 diabétiques. Cette maladie est devenue comme une pandémie parce qu’elle se trouve actuellement partout dans le monde, et personne n’y échappe, vieux ou jeunes. Donc, il va falloir que les diabétiques apprennent à se contrôler et contrôler son alimentation, et les gens dans notre province doivent cesser de croire que le diabète est une maladie de la honte, et les gens qui en souffrent, ne doivent pas être rejetés dans la société », a confié Abel Ciza.

Cet infirmier spécialiste invite le gouvernement provincial, à augmenter le nombre de médecins spécialistes du diabète et l’organisation de plusieurs séminaires pour plus de sensibilisation et discuter des problèmes de diabète dans notre province.

En outre, il rappelle à toute personne qui augmente considérablement de poids, qui boit beaucoup ou qui manifeste des infections urinaires à répétition, de se faire consulter régulièrement ainsi qu’à toutes celles qui continuent à souffrir du diabète de mettre en tête que c’est une maladie comme tant d’autres.

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée