Sud-Kivu : en l’espace de 3 mois, 201 cas de violences sexuelles enregistrés dans plusieurs territoires et à Bukavu

Publicité sponsorisée

L’association des femmes des médias

L’association des femmes des médias(AFEM) déplore l’augmentation des cas des violences sexuelles et celles basées sur le genre dans certains territoires de la province notamment à Mwenga, Luvungi et dans la ville de Bukavu.

Dans une période de 3 mois, soit de mai à juillet 2020, AFEM rapporte avoir documenté 201 cas des violences sexuelles et celles basées sur le genre dont 160 dans le territoire de Mwenga.

Cette structure de lutte pour la promotion des droits de la femme dénonce en outre des exactions des groupes rebelles Ngumino et Twigwaneho dans différents secteurs d’Itombwe, entraînant des viols des femmes et enfants mineurs.

Dans ce rapport mis à la disposition du public, à travers la conférence de presse tenue à Bukavu ce jeudi 30 juillet, AFEM souligne que l’activisme des groupes armés et la Covid-19 ont été parmi les causes d’accentuation de ces violences au niveau de la partie sud du Sud-Kivu.

Selon Caddy Adzuba, Présidente du Conseil d’administration de AFEM, le territoire de Mwenga a battu record avec lui seul 160 cas de viol rapporté dont 21 cas de viol sur mineures.

En outre, elle évoque les cas les plus récents dont celui du 3 juin où une mineure de 16 ans a été violée à Mulambula en commune de Bagira, du 18 juin, d’une mineure de 15 ans violée à Bagira et du 2 juillet, d’un fille de 17 ans violée à Buholo après avoir été droguée par 3 hommes.

Au regard de ce qui précède, AFEM recommande aux autorités judiciaires de traiter les questions de violences sexuelles et celles basées sur le genre sans complaisance et de punir leurs auteurs, selon la loi congolaise.

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée