RDC/Environnement: le Parti Congo positif demande à F. Tshisekedi d’exiger un dédommagement financier aux pays pollueurs

Publicité sponsorisée

Congo Positif

La situation du réchauffement climatique est au centre d’un débat au sommet international des Nations-Unies à New-York, en présence de plusieurs chefs d’État et organisations environnementales.

A lire: RDC: Félix Tshisekedi a échangé avec Dr Dénis Mukwege à New-York

Dans une déclaration de presse publiée ce mercredi 25 septembre 2019, le Parti Congo positif appelle le chef de l’État à ne pas prendre d’engagements avec les pays pollueurs sans un dédommagement financier, vue le rôle que joue la forêt congolaise dans le monde et en Afrique.

À cet effet, Congo positif donne des recommandations suivantes:

1. CONGO POSITIF attend de pied ferme le tout premier discours que prononcera S.E. Félix Antoine Tshisekedi au Sommet de l’Organisation des Nations Unies en tant que Chef de l’Etat principalement sur le climat. À ce sujet précis, CONGO POSITIF demande du Chef de l’Etat de ne rien négocier faiblement et d’exiger des pays pollueurs un dédommagement financier à la taille du rôle que joue la forêt congolaise, en l’occurrence notre forêt équatoriale dans la protection de l’écosystème non seulement africain mais mondial. Si le Gabon comme l’un de pays africains qui contribue à la protection de l’écosystème peut bénéficier d’un dédommagement de 150 millions de dollars américain, CONGO POSITIF espère que le président de la République négociera une répartition devant permettre à notre pays de continuer à bien conserver sa forêt, sa faune et sa flore, pour le bien du monde entier.

2. CONGO POSITIF demande au Chef de l’Etat de ne prendre aucun engagement au nom et pour le compte de la République Démocratique du Congo tant que les pays pollueurs ne s’engageront pas à réduire leurs niveaux respectifs de pollution à au moins la moitié des situations actuelles.

3. CONGO POSITIF demande au Président de la République d’exiger que les prochaines réunions sur le climat se tiennent alternativement en République Démocratique du Congo et au Brésil pour marquer la qualité de premier et deuxième poumons climatiques du monde.

Roberto Tshahe

Publicité sponsorisée