Procès 100 jours : « Nous sommes à la recherche de la vérité », Vital Kamerhe

Publicité sponsorisée

Vital Kamerhe

Après l’affirmation du DG de la Direction Générale de Contrôle des Marchés Publics sur l’inexistence du contrat verbal lors de la construction des maisons préfabriquées au Camp Tshatshi, le prévenu Vital Kamerhe a à son tour affirmé qu’il y avait un contrat verbal avant de régulariser entre les parties concernées dans l’affaire.

« Nous sommes à la recherche de la vérité. Le contrat était d’abord verbal avant la signature. Car après le discours du Chef de l’État, directement il y a eu début des travaux. En ce moment il n’ y avait pas de contrat écrit », a déclaré le prévenu Vital Kamerhe devant les juges.

La confrontation se poursuit entre Vital Kamerhe et le Directeur de la DGCMP qui s’est présenté comme un témoin.

JM/L’INTERVIEW.CD

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée