Nord-Kivu : « C’est une guerre nous imposée par le Rwanda pour des intérêts économiques et expansionnistes » (Josué Mufula)

Publicité sponsorisée

 

Les réactions de protestation et d’indignation fusent depuis la publication du communiqué final sanctionnant le conclave des chefs d’État de la RDC, du Rwanda, du Burundi, de l’Ouganda, du Sud-Soudan, du Kenya et de la Tanzanie à Nairobi, mais également suite à l’occupation, par les terroristes du M23 et leurs alliés, de certaines entités de la province du Nord-Kivu.

Le député national Josué Mufula, élu de la ville de Goma s’est aussi exprimé sur cette question.

Dans un message publié ce week-end, cet élu estime que la guerre que mène le groupe rebelle d’émanation extérieure M23, est une guerre imposée à la République Démocratique du Congo par son voisin, le Rwanda, pour des intérêts « expansionnistes et économiques ».

Il appelle, cependant, la population congolaise à privilégier la paix, la cohésion nationale et la solidarité dans la région des grands lacs.

Pour lui, la population rwandaise n’a rien à voir dans ce conflit, qui, ajoute-t-il, implique plutôt les dirigeants rwandais qui soutiennent les terroristes du M23.

“Très chers compatriotes congolais, je comprends le ras-le-bol, la colère ainsi que le ressentiment qui peut nous animer tous devant cette énième agression hégémonique du Rwanda contre notre pays par le biais du M23. Cependant tout en encourageant l’esprit patriotique manifesté en soutenant les forces armées de la République Démocratique du Congo, j’exhorte à tous d’éviter tout acte de profilage racial, la xénophobie. Privilégions plutôt le vivre ensemble comme depuis toujours par l’amour du prochain et la tolérance. Et ce, pour humaniser notre Afrique des grands lacs pour que règne la sécurité dans la sous-région. Les Rwandais ne sont pas nos ennemis, il s’agit plutôt d’une guerre nous imposée par le Rwanda et ses dirigeants pour des intérêts économiques et expansionnistes. C’est une guerre à condamner avec véhémence”, a indiqué Josué Mufula.

Signalons que les récentes attaques du groupe rebelle M23 appuyées par l’armée rwandaise, ont entraîné d’importantes pertes en vie humaines dans le territoire de Rutshuru, en plus des déplacements massifs des populations civiles, ainsi que le pillage des biens des habitants dans plusieurs zones du Nord-Kivu, notamment Bunagana, un centre d’échanges commerciaux situé à la frontière avec le Rwanda et l’Ouganda.

 

Mérite BAHOGWERHE/L’INTERVIEW.CD

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée