Marche Lamuka : A Mbuji-mayi, la manifestation dispersée et les manifestants arrêtés ont été relâchés après « tortures  » de la police

Publicité sponsorisée

militants lamuka mbuyi mayi

Les militants de quelques partis politiques de la ville de Mbuji-mayi œuvrant au sein de la plateforme politique Lamuka se sont donnés rendez-vous ce lundi 13 juillet 2020 pour marcher contre la désignation de Ronsard Malonda à la tête de la CENI.

Possédant les drapeaux du MLC, ADP et Ensemble pour le changement, ces militants ont été dispersés par la police nationale congolaise (PNC) à la grand place de la poste où ils tentaient de se réunir afin de marcher.

Dans les altercations entre les forces de sécurité et militants, quelques manifestants ont été appréhendés par les éléments de la police devant le bureau de l’Etat-major du chef-lieu de la province du Kasaï Oriental.

Parmi les manifestants arrêtés figurent notamment, le coordonnateur provincial de la jeunesse d’Ensemble pour le changement/Kasaï Oriental, Christian Tshiamala avec plus ou moins 8 militants de l’opposition dont 2 du MLC et 3 de l’ADP.

Ces derniers ont été relâchés après être « torturé « , d’après le coordonnateur de la jeunesse d’Ensemble pour le changement joint par L’INTERVIEW.CD.

« Nous sommes libérés après les coups et tortures de la police « , a-t-il confié.

Entre temps, les éléments de la police restent déployés dans différents coins stratégiques de la ville de Mbuji-mayi pour empêcher tout attroupement de plus de 20 personnes, sur instruction du gouvernement central et de la mairie de la capitale diamantifère.

Signalons que cette marche a été organisée sur ordre du présidium de la coalition Lamuka.

Crispin Kazadi/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée