Kinshasa-présumé milice à Kingabwa : Le FCC condamne cette pratique et exige une enquête pour identifier les commanditaires

Publicité sponsorisée

massacre de l'est FCC kisantu

Le Front Commun pour le Congo (FCC) plateforme politique chère à Joseph Kabila, ancien président de la RDC a dans un communiqué signé vendredi 28 août dernier après avoir appris les récents événements à Kingabwa, l’un des quartiers de la commune de Limete à Kinshasa, où un groupe des jeunes suivent « une formation militaire » déploré cette pratique et a exigé une enquête pour identifier les commanditaires.

« La Conférence des Présidents du Front Commun pour le Congo a suivi avec grand étonnement l’information faisant état de l’existence attestée des bases abritant des miliciens se revendiquant de l’UDPS, à Kingabwa, dans la ville de Kinshasa », peut-on lire.

Pour le FCC, cette pratique porte atteinte aux acquis démocratiques de ces dernières et pourrait conduire à un non Etat.

« Le FCC exprime sa vive préoccupation de voir ces milices urbaines se multiplier d’autant qu’elles portent directement atteinte à l’Etat de droit, à la démocratie et à la sécurité des biens et des personnes », lit-on dans ce communiqué dont une copie est parvenue à la rédaction de L’INTERVIEW.CD.

En outre, elle invite que la justice militaire puisse se saisir de ces cas graves d’atteintes à la paix et à la sécurité afin que les auteurs puissent avoir des sanctions « sévères ».

Il sied de rappeler que lors de la descente de la Police nationale congolaise, 23 personnes avaient été arrêtées et d’autres avaient pris la fuite.

J.NK/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée