Coopération : la France et la RDC pour un partenariat nouveau




Coopération la France et la RDC

Ces deux pays ont exprimé le 20 mai 2019, à l’issue de la visite du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Druan, en RDC, leur volonté d’approfondir leur coopération bilatérale notamment dans les secteurs visés il y a notamment celui de l’education, la santé, l’environnement et la sécurité.

La France et la RDC ont décidé de donner une nouvelle dimension à leur coopération, notamment dans la formation des élites de demain dont la RDC a besoin. La France consent de fournir un appui renforcé aux grandes écoles de formations de l’Administration congolaise telles que l’Ecole nationale d’Administration (ENA), l’Institut national de formation judiciaire (INAFORJ) et l’Académie Diplomatique.

Aussi, les deux parties ont-ils convenu de continuer à travailler de concert afin d’accompagner la réforme de l’éducation engagée par les autorités congolaises dans le cadre des actions menées par le Partenariat mondial pour l’Education.

En matière d’Education, la coopération entre la France et la RDC a, rappelle-t-on, permis la construction de 700 salles de classe et le financement des salaires de 30 mille enseignants congolais depuis 2013.

Plus d’engagements dans les domaines de coopération

Dans le domaine de la santé, il est prévu de faire bénéficier d’un appui renforcé, les hôpitaux de référence, en particulier dans le domaine de la santé maternelle et infantile. L’épidémie Ebola qui touche particulièrement Beni, Butembo et une partie de l’Ituri depuis presque dix mois sont une priorité majeure pour les deux partenaires. « Nous continuerons à promouvoir le travail conjoint de nos Instituts de recherche, afin d’affiner la connaissance du virus. Nous poursuivrons également notre réponse humanitaire concertée pour une meilleure sensibilisation des populations et une meilleure prise en charge des patients », ont souligné ces deux pays, en promettant également l’intensification  de leurs activités pour lutter contre le choléra, qui continue d’affecter de nombreux Congolais, notamment grâce à des projets d’assainissement et d’accès à l’eau potable dans les zones impactées.

Les deux pays ont également rappelé leur engagement pour le succès de la 6ème conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose, et le paludisme, qui aura lieu à Lyon le 10 octobre 2019, en vue de mobiliser au moins 14 milliards de dollars pour la période 2020-2022.

La stabilisation de la RDC est également parmi les  domaines de coopération entre les deux pays. Pour atteindre cet objectif, la France et la RDC sont convenues d’accroître leur coopération de sécurité et de défense, en intensifiant la formation des cadres et en mettant en place une formation aux opérations de paix ainsi que de coopérer sur le projet de création d’un Collège interarmées de Défense qui sera chargé de former les futurs cadres des FARDC. Alors que la France promet de s’impliquer plus fortement dans la réforme du secteur de sécurité à travers les initiatives multilatérales existantes telles que le programme PROGRESS financé par l’Union européenne.

Mais aussi, ces deux partenaires sont convenus de mener une action commune sur certains sujets importants dont la Francophonie. D’autres domaines de coopération entre la France et la RDC sont notamment la lutte contre le changement climatique et la protection de la biodiversité

Pour mettre en œuvre ces ambitions, la France promet de renforcer son aide à la RDC en utilisant plusieurs instruments dont le prochain contrat de désendettement et de développement, que la France et la RDC souhaitent signer prochainement, d’un montant de 65 millions d’euros sur trois ans ; la montée en puissance de l’intervention de l’Agence française de développement (AFD) dont les subventions atteindront 30 millions d’euros en 2019 et dont l’objectif est porté à 50 millions d’euros pour 2020 et 2021 ; ses contributions respectives aux différentes organisations internationales pour un montant total de 209 millions de dollars (sans la contribution au financement de la Monusco), telles que le Fonds Mondial (auquel la France est le 2ème contributeur mondial), ou l’Alliance pour le Vaccin (à qui la France a apporté 450 millions de dollars et dont la RDC est un des premiers bénéficiaires), UNITAID (où la France contribue à hauteur de 60%) et le 11ème FED (d’une enveloppe de 650 millions d’euros en RDC) qui permet de définir une action pluridimensionnelle en RDC.

Lucien Masidi

A lire aussi