EPST : vers l’intégration des classes de 7ème et 8ème au programme de la gratuité

Publicité sponsorisée

écoles élèves
Les élèves de l'EP Lemfu 2 dans la commune de N'djili. Photo/L'INTERVIEW.CD

 

Devant les députés nationaux ce mercredi 01 Décembre, le ministre de l’EPST Tony Mwaba a annoncé la décision du gouvernement Sama Lukonde qui envisage intégrer les classes des 7ème et 8ème au programme de la gratuité de l’enseignement.

Interpellé au cours d’une question orale et débat sur l’amélioration des conditions de vies des enseignants, Tony Mwaba a estimé que l’idée du gouvernement est de faire constater qu’après les épreuves de TENAFEP, on délivre le certificat de fin d’études primaires aux finalistes de 6ème primaire qui ne sert à rien dans la vie pratique.

«Pour les classes de 7ème et 8ème, il y a des réformes en cours avant d’arriver à assurer la gratuité de l’enseignement à ce niveau-là. L’idée de cette réforme est de faire constater aujourd’hui qu’après les épreuves de TENAFEP, on délivre le certificat de fin d’études primaires aux finalistes de 6ème primaire. Mais à quoi sert ce titre scolaire dans la vie pratique ? Est-ce qu’il peut lui permettre de s’engager dans une carrière professionnelle ou dans un métier? On s’est posé la question de savoir quel est le niveau réel d’un finaliste de TENAFEP ? C’est comme ça que la réforme avait voulu qu’on puisse étendre l’enseignement primaire vers l’enseignement de base en incluant les 7ème et 8ème et, lorsque la réforme aura abouti, je crois qu’on va supprimer le TENAFEP au niveau de 6ème pour ramener ça au niveau de la 8ème », a déclaré Tony Mwaba devant les élus du peuple.

Il a ajouté que la réforme n’a pas encore abouti car la gratuité ne peut que se limiter au niveau primaire initialement prévu par la constitution.

D’jessy M’boma/L’INTERVIEW.CD

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée