Ebola à Kinshasa : une fausse alerte !

Publicité sponsorisée

Kinshasa-maladie-à-virus-Ebola
Photo: cfr.archive ,ebola
Dans leurs interventions, le ministère provincial en charge de la Santé et le Coordonnateur du Comité de la riposte contre la maladie à virus Ebola ont contredit la rumeur sur la présence d’un cas de malade d’Ebola dans la capitale. Mais, ils ont recommandé certaines précautions pour éviter la transmission et la propagation de cette maladie.
 
Le ministère provincial en charge de la Santé et le Coordonnateur du Comité de la riposte contre la maladie à virus Ebola, le Professeur Jean-Jacques Muyembe Tamfum, ont rassuré l’opinion sur l’inexistence du cas de cette maladie dans la capitale. Selon ces deux sources, il n’y a pas de malade atteint d’Ebola à Kinshasa.
 
Ces interventions contredisent une folle rumeur qui a circulé depuis le 24 juillet à Kinshasa sur la présence d’un cas suspect de malade d’Ebola dans une des communes de la capitale congolaise et qui serait pris en charge à l’hôpital de Kalembe-Lembe, à Lingwala.
 
Malgré cette assurance des services sanitaires, rien n’est encore sûr concernant une probable présence de cas d’Ebola à Kinshasa. C’est face à cette situation qu’il est recommandé certaines précautions.
 
Il est conseillé à la population notamment d’éviter de se saluer en serrant la main, d’éviter les contacts corporels, de se laver les mains et/où tout le corps à chaque contact, d’éviter les transports en commun où on est trop serré avec possibilité de contact du fluide corporel de l’autre.
 
A propos de cette maladie, il est, en effet, indiqué qu’Ebola, qui entre dans le corps par la bouche, le nez, les yeux, les lésions cutanées, se manifeste par la fièvre soudaine et élevée, une très grande fatigue, des maux de tête, des douleurs et une perte d’appétit. Mais il est également rassuré que le malade ne peut transmettre la maladie tant qu’il n’a pas de symptômes.
 
Dans la gestion du malade d’Ebola, il est indiqué que lorsqu’un membre de la famille est malade, il faut prendre soin de lui tout en se protégeant. Il faut lui donner beaucoup d’eau, la solution de réhydratation orale chaque jour, de la soupe, du thé ou tout autre boisson mais surtout pas d’alcool. Il ne faut pas lui donner de l’aspirine, encore moins de l’ibuprofène car, ils aggraveraient les saignements. Il faut le séparer du reste de la famille pour éviter des nouvelles transmissions de la maladie. « Même chez une personne décédée, la maladie reste très contagieuse donc: ne touchez pas les personnes décédées ; seules les personnes formées peuvent manipuler les morts ; gardez une distance d’au moins 1 mètre », font savoir les services de la riposte contre cette maladie.
 
A ceux qui ont été en contact avec un malade, il est conseillé de contrôler leur température pendant 21 jours alors qu’il est indiqué que les moustiques ne transmettent pas Ebola.
 
Lucien Masidi

Publicité sponsorisée